logo_rond_studio_decomplexe_blanc_HD

Annecy – Genève – alentours

La grande nouvelle de la rentrée

  J’ai la grande joie de vous annoncer, que dès le 13 septembre j’aurai la chance de vous accueillir tous les lundis à partir de 18h30, dans ce lieu magique : LE LOFT 22.

Et à partir du mercredi 20 octobre, j’ajoute deux créneaux. Les places sont limitées au nombre de 8 par cours, pour garder le côté intimiste et surtout pour pouvoir être pleinement là pour chacune d’entre vous. 

Copie de Beige, Rose et Doré Visuel Storytelling et Stratégie de marque Site web (1)

Le Manifeste. Ce qui nous lie...

"Un manifeste" : dont l'existence ou la nature est évidente.

Quand j’ai rêvé du Studio Décomplexé pour la première fois, je me suis posé deux principales questions, (ou plutôt les merveilleuses personnes qui m’ont accompagnées dans ce projet m’ont posé ces deux questions) :

➳ Pourquoi ?

➳ Pour qui ?

Et voici les réponses qui m’ont parues de suite comme ÉVIDENTES.

Pour quoi faire ?

Un studio de pilates et de yoga, à la sauce décomplexée ? Pourquoi ?
Et bien c’est complètement personnel, et il faudra ENCORE que je parle un tout petit peu de moi.  

-A un moment de ma vie, j’en ai eu assez des lieux qui te font encore plus complexer et culpabiliser quand tu cherches un peu de réconfort et de mieux être.
Où l’on te promet de te faire perdre 10 kilos en deux mois en faisant 60 minutes de cardio à raison de deux fois par semaine,  et ce, en marchant comme un robot sur un tapis de course. Parce que déjà, concrètement (et c’est encore une fois très personnel), je me faisais chier et en plus je ne trouvais pas ma place dans cet environnement qui à mon goût, puait beaucoup trop la testostérone sur un fond “d’ego trip narcissique” assez marqué. (Trop marqué pour moi, toujours).

Moi, la fille à qui on avait répété toute sa vie qu’elle était trop fainéante, trop grosse, sans mental et sans passion… je me punissais littéralement dans ces salles de sport à 700 balles l’année
Quelle violence quand j’y repense. 

Puis petit à petit tout ça a cheminé, j’ai fini par me pardonner, et puis je me suis dis, que je ne devais pas être seule dans ce cas. Et qu’il manquait cet endroit, et que si ça n’existait pas, je devais le créer. 

OUI on peut prendre du plaisir dans sa mobilité grâce à des pratiques bienveillantes, sans se faire mal, le tout dans l’acceptation de son propre schéma corporel, qui nous est propre en défiant certaines croyances ancrées qui nous font mal. Non, cela ne convient pas à tous. 

Et cela nous amène donc au : Pour qui ?

et en voici une liste non exhaustive :
-pour les complexés des salles de sport classique
-pour ceux qui sont mal à l’aise avec leur corps
-pour ceux qui ont envie de trouver une pratique où ils trouvent du plaisir et pas de la contrainte, peu importe la raison (pour perdre du poids ou pas ou se tonifier ou pas)
-pour ceux qui sont en surpoids ou pas
-pour ceux qui n’ont pas envie de perdre du poids et juste se faire du bien
-pour les jeunes mamans qui ont du mal à s’aimer de nouveau
-pour les moins jeunes mamans qui ont envie de s’accorder du temps
-pour ceux à qui ont a toujours dit que leur fort ca ne serait jamais le sport
-pour ceux qui aiment aussi prendre l’apéro
-pour les épicuriens de la vie
-pour ceux qui doutent
-pour ceux qui ont du mal à trouver leur place
-pour ceux qui sont persuadés qu’ils sont trop nuls
-pour ceux qui aiment tout de même relever des défis
-pour ceux qui savent que “oui c’est vrai à la fin on se sent bien”
-pour ceux qui ont un peu honte
-pour ceux qui ont un peu peur
-pour ceux qui savent qu’il faut tout de même prendre soin de sa santé mentale et physique, et que si, éventuellement (dans le doute) le pilates ou le yoga ca peut amener à ca . 

ALORS POURQUOI PAS.

Moi, Lola...

IMG_6117_jpg

"Comme une mission de transmission et de partage."

Quand j’ai décidé de passer de l’univers du bâtiment et de changer de vie pour enseigner la méthode Pilates et le Hatha Yoga, on peut dire que ça a été une grosse claque pour tout mon entourage, mais surtout pour moi.

Je venais de mettre au monde mon enfant, et comme beaucoup de femmes, ma réalité venait de changer, ou du moins de m’apparaître beaucoup plus claire. 

C’était désormais impensable pour moi que je continue à faire semblant d’être quelqu’un d’autre, et ce même pour le travail. Je me devais à moi-même et aux autres un alignement absolument parfait. Comme une mission de transmission et de partage.

Parce que la maternité nous donne l’occasion de renaître. C’est vrai. 

Je pratiquais moi-même le pilates et le yoga, et cela m’aidait réellement à souffler et à passer un moment hors du temps. Loin du rythme effréné du quotidien de l’univers dans lequel je travaillais à l’époque. Cet univers si cartésien qui laisse trop peu de place au lâcher prise. Bien loin de la spiritualité et du bien-être intérieur.

Alors, passée la longue période de doutes et de formations mais surtout de questionnements sur ma propre légitimité “bah oui après tout, j’ai peut-être pas assez le niveau, je suis pas assez douée pour poster de belles photos sur les réseaux, pas assez bien, je parle trop fort, ne suis pas assez zen…” gnagnagnagna, et j’en passe. 

J’ai eu une grande envie de dédramatiser / décomplexer l’univers habituellement très sacré du Yoga et du Pilates. Et l’ouvrir au plus grand nombre. A ceux, qui pensaient tout comme moi, que ca n’est pas pour eux. Et de ces nombreuses réflexions, quelques verres de vin rouge, puis pas mal de cookies aussi, moultes après-midis au LOFT 22, est né le Studio Décomplexé. Mon deuxième bébé.

J’ai toujours eu ce désir de transmettre, de partager, de diffuser. Et surtout une immense envie de faire du bien autour de moi et d’arrêter de se faire du mal.